Parc animalier situé à Port-Saint-Père en Loire-Atlantique, Planète Sauvage lance ce samedi 27 juin 2015 son association Planète Sauvage Nature destinée à soutenir plusieurs actions de conservation in situ et à sensibiliser le grand public à la protection de la biodiversité. À cette occasion, l’établissement zoologique propose, samedi 27 et dimanche 28 juin 2015, diverses animations mettant en lumière les menaces planant sur l’avenir de la faune sauvage.

PLANETE SAUVAGE

Planète Sauvage Nature soutiendra notamment le Sahara Conservation Fund (SCF), l’association européenne pour l’étude et la conservation des lémurs (AEECL) et le Fundimvelo Thula Thula Rhino Orphanage.

Lancée en 2004, le SCF gère six projets dans cinq pays au Sahara et au Sahel. Elle intervient notamment dans la plus vaste aire protégée africaine, la réserve de Termin et Tin-Toumma au Niger. À cheval sur divers milieux – le désert, la steppe, la plaine et la montagne aride, la réserve abrite les dernières populations stables de gazelles dama (Gazella dama) et d’addax (Addax nasomaculatus), deux espèces classées en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Créée à la fin des années 1990 par l’université de Strasbourg, le parc zoologique et botanique de Mulhouse et les zoos allemands de Cologne et Sarrebruck, l’AEECL se consacre à la sauvegarde des plus rares lémuriens. 93 des 105 espèces de lémuriens, toutes endémiques de Madagascar, sont aujourd’hui menacées à cause de la déforestation et du braconnage. L’AEECL veille en particulier sur le dernier refuge des lémurs aux yeux turquoise ou lémurs de Sclater (Eulemurflavifrons), dans la péninsule de Sahamalaza, au nord-ouest de l’île. Également en danger critique d’extinction, le lémur aux yeux turquoise - longtemps considéré comme une sous-espèce du lémur noir et désormais érigé au statut d’espèce à part entière – figure sur la liste des 25 primates les plus menacés de la planète.

PROGRAMMES

 

Enfin, l’orphelinat des rhinocéros a été inauguré en septembre 2014 au cœur de la réserve de Thula Thula fondée par Lawrence Anthony dans la province du Kwazulu Natal, située dans l’est de l’Afrique du Sud (voir http://biofaune.canalblog.com/archives/2014/03/02/29326009.html). Cette structure est susceptible d’abriter jusqu’à 20 jeunes rhinocéros. Selon le ministère de l'Environnement sud-africain, 1215 rhinocéros ont été abattus dans ce pays en 2014 par des braconniers. Près du tiers des animaux tués sont des mères gestantes ou élevant un petit. Le Rhino Orphanage accueille les orphelins récupérés dans les réserves sud-africaines, leur prodigue les soins nécessaires et les équipe de colliers-émetteurs. Sous la surveillance de gardes, les animaux sont ensuite relâchés dans la réserve.

Voici les liens vers les sites de ces trois programmes de conservation :

° www.saharaconservation.org

° www.aeecl.org (et une vidéo en anglais pour découvrir le travail de l’AEECL www.youtube.com/watch?v=lU_NpOK8h9c)

° www.thulathula.com