Le gouvernement mexicain va tenter un ultime effort pour sauver le marsouin du golfe de Californie ou marsouin du Pacifique (Phocoena sinus), un cétacé en voie de disparition notamment à cause de la pêche illégale du totoaba (Totoaba macdonaldi), un poisson également particulièrement menacé mais très recherché en Chine.

D’après plusieurs spécialistes, la population totale de ce petit marsouin endémique au nord du golfe de Californie n’atteindrait pas aujourd’hui la centaine de spécimens. Depuis 1996, l’espèce -surnommée vaquita (vachette en espagnol) - est classée en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

MARSOUIN DU PACIFIQUE

Très discret, le marsouin du Pacifique passe presque inaperçu lors de ses déplacements et ne sauterait jamais hors de l’eau  (photo Paula Olson/NOAA).

Dans cette région désertique, la pêche à la crevette reste la principale source de revenus d’habitants aux conditions de vie très modestes. Tous les ans, des dizaines de marsouins meurent empêtrés dans les filets maillants utilisés par quelques milliers de pêcheurs. S’étirant sur des kilomètres en mer, ces filets constituent depuis longtemps un piège mortel pour les cétacés. Et une nouvelle menace pour les marsouins est apparue depuis quelques années : la pêche illégale du totoaba, un poisson pouvant atteindre deux mètres de long pour une masse de 100 kilos. Séchée et cuisinée sous forme de soupe, la vessie natatoire du totoaba est prisée par certains consommateurs chinois lui accordant des vertus médicinales. Et les filets destinés au totoaba  présentent un danger mortel supplémentaire pour les marsouins.

Interdiction temporaire des filets maillants

Face à l’urgence de la situation, le gouvernement mexicain a annoncé, à la fin du mois de février 2015, l’interdiction des filets maillants durant vingt-quatre mois sur les 13.000 km2 de la zone septentrionale du golfe. Les pêcheurs seront indemnisés pour les pertes subies. Cette mesure entre en vigueur dès le mois de mars 2015. Le gouvernement s’apprête aussi à verser les premières compensations, dont le montant total s’élèvera à 67,5 millions d’euros, aux pêcheurs et aux habitants subsistant grâce à la pêche à la crevette. Ces paiements seront échelonnés pendant plus de deux ans.

COMPARAISON DE LA TAILLE ENTRE UN MARSOUIN DU PACIFIQUE ET UN HOMME

Le marsouin du golfe de Californie est considéré comme le plus petit cétacé au monde. Les femelles mesurent jusqu’à 1,50 mètre, la taille des mâles étant légèrement inférieure (document Chris_huh).

« Je crois vraiment qu’il s’agit de notre ultime chance et nous ferions bien d’agir tous ensemble », a déclaré Omar Vidal, directeur du Fonds mondial pour la nature (WWF) au Mexique. En dépit de deux décennies d’efforts, le déclin de la population de marsouins du Pacifique s’est poursuivi malgré un ralentissement notable. « Le gouvernement me semble très déterminé », s’est réjoui M. Vidal.
Le moratoire de deux ans sur l'utilisation des filets maillants doit permettre aux chercheurs d’améliorer les dispositifs afin qu’ils soient à la fois sans danger pour les marsouins mais aussi efficaces pour les pêcheurs. D’après ces derniers, les filets actuellement disponibles ne leur permettent pas de capturer assez de crevettes pour nourrir leur famille.

Un trafic aux mains du crime organisé

Néanmoins, le principal défi du gouvernement mexicain sera de faire respecter la législation en vigueur. En effet, les autorités ont échoué à faire appliquer les précédentes réglementations sur la pêche au filet maillant. En outre, des bateaux de pêche pénétraient régulièrement au sein du sanctuaire de 1.250 km2 établi pour le vaquita. Et aujourd’hui, le braconnage du totoaba rend la situation plus difficile encore. Le crime organisé contrôle ce trafic, payant les pêcheurs, passant en contrebande les vessies natatoires en Californie avant de les expédier en Chine où elles se négociaient jusqu’à 16 800 € l’unité en 2013 !

MARSOUIN DU PACIFIQUE NAGEANT DANS LE GOLFE DE CALIFORNIE

Marsouin nageant au premier plan devant des bateaux de pêche, dans le nord de la mer de Cortés, l’autre appellation du golfe de Californie (photo Paula Olson/NOAA).

Également endémique au golfe de Californie, le totoaba est, lui aussi, considéré comme étant en danger critique d’extinction par l’UICN. Les juvéniles vivent dans le delta du Colorado tandis que les adultes évoluent dans les eaux plus profondes du milieu de la mer de Cortés durant la majeure partie de l'année.

Selon Rafael Pacchiano Alamán, sous-secrétaire du ministère mexicain de l’Environnement, la marine militaire prêtera main forte aux agents concernés pour faire cesser la pêche illégale et faire appliquer l’interdiction des filets maillants. M. Pacchiano a ainsi évoqué le recours aux drones et aux satellites et la mise en place d’une flotte de patrouilleurs.

« Les initiatives adoptées par le gouvernement fédéral sont positives mais insuffisantes », a tempéré Silvia Díaz, au nom de Greenpeace Mexique. Parmi les mesures supplémentaires, les défenseurs de l'environnement réclament un vaste plan de développement touristique au profit des communautés locales.

Source : New York Times.