La Société d'ornithologie de Polynésie vient de remporter le « BirdLife People's Choice Award for Conservation » pour son projet de sauvegarde du monarque de Tahiti (Pomarea nigra).

Initié par BirdLife, organisation non gouvernementale internationale à vocation de protection de la nature et des oiseaux, ce concours public entendait désigner le meilleur projet de conservation de l'année 2013. Six finalistes, parmi lesquels des initiatives destinées à mettre fin au massacre des faucons de l'Amour ou à protéger la baie de Panama, ont été soumis au vote. Le projet porté la Société d'ornithologie de Polynésie a recueilli près de 40 % des voix.

MONARQUE DE TAHITI 01

Monarque de Tahiti adulte (photo D.R.)

Endémique de la Polynésie française, le monarque de Tahiti est l’une des espèces terrestres les plus menacées au monde. Autrefois coutumier des forêts d'altitude de Tahiti, ce petit passereau forestier survit essentiellement dans quatre vallées. Actuellement, seuls 46 oiseaux ont été recensés avec 16 couples dont 10 se sont reproduits en 2013.

Le monarque de Tahiti est classé en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le déclin de ses populations est étroitement lié à l’arrivée d’espèces invasives - rats, chats, oiseaux, fourmis de feu - dans l’archipel. Arboricoles, les rats noirs exercent notamment une importante prédation sur les nids et empêchent les passereaux de se reproduire.

Dératiser les vallées

Depuis 1998, la Société d'ornithologie de Polynésie/BirdLife (Manu) mène un programme de sauvegarde visant à dératiser l'ensemble des vallées et à suivre chaque individu durant la période de reproduction, de juillet à mars. Son action permet de limiter la pression exercée par les rats noirs sur les oiseaux et favorise la réussite des nichées. 2013 a d’ailleurs été une année très encourageante pour les monarques. Certains couples ont donné naissance à deux jeunes, augmentant considérablement les chances de survie de l'espèce.

MONARQUE DE TAHITI 02

Les jeunes oiseaux d’un à deux ans sont identifiables par leur teinte orangée. Avec l’âge, des taches marron puis noires apparaîtront sur leur plumage avant de s’étendre à l’ensemble du corps (photo SOP Manu).

Parallèlement à son travail de conservation sur le terrain, l’association Manu est également présente dans les écoles afin sensibiliser les enfants à leur environnement. Les élèves sont ainsi encouragés à cultiver des essences indigènes pour les replanter ensuite dans les vallées où survivent les monarques.

En 2014, l’un des défis majeurs consistera à maintenir le contrôle des prédateurs sur les monarques. Malheureusement, comme le déplore la LPO, la Polynésie française n'est pas éligible à plusieurs fonds internationaux en raison de son rattachement à la France. Par ailleurs, le prix obtenu n’entraîne aucun financement direct pour la Société d'ornithologie de Polynésie. Toutefois BirdLife a lancé une première campagne mondiale de levée de fonds pour la sauvegarde du monarque tahitien.

Sources : LPO, http://www.manu.pf