La Société Zoologique de Londres (ZSL) et le zoo de la capitale anglaise viennent de lancer un avis de recherche mondial pour trouver des compagnes à deux poissons tropicaux dont l’espèce est présumée éteinte à l’état sauvage.

CICHLIDE(Document ZSL)

En effet, l’aquarium du zoo londonien abrite deux des derniers cichlidés de Mangarahara (Ptychochromis insolitus) mais il s’agit de deux mâles, âgés de 12 ans. Conservé au zoo de Berlin, un troisième spécimen s’avère être également un mâle.

CICHLIDE MALEDe couleur argent, les mâles se distinguent notamment par l’extrémité orangée de leur queue et de certaines nageoires (photo ZSL).

 « Nous lançons un appel urgent à toute personne qui élève ou connaît quelqu'un susceptible de posséder ces poissons en danger critique d'extinction », précise Brian Zimmerman, conservateur de l’Aquarium du zoo de Londres. « Nous pourrions ainsi initier un programme d’élevage et de conservation. Il est peut-être trop tard pour sauver d’éventuels spécimens sauvages mais, si nous trouvions une femelle, il serait alors possible de sauver cette espèce du gouffre de l’extinction.»

CICHLIDE FEMELLEUne seule femelle pourrait sauver cette espèce (photo Berlin Zoo).

Originaire du nord de Madagascar, le cichlidé de Mangarahara a vraisemblablement disparu de son milieu d’origine en raison de la construction de barrages ayant tari le cours de la rivière Mangarahara.

Contact : fishappeal@zsl.org

Sources: ZSL, The Guardian.