Jeudi 14 janvier 2021, le Kenya a annoncé la création, fin décembre, de deux nouveaux embryons de rhinocéros blanc du Nord (Ceratotherium simum cottoni) par une équipe internationale menée par le Pr Thomas B. Hildebrandt, de l'Institut Leibniz de recherches zoologiques et pour les animaux sauvages de Berlin (Allemagne). Cette sous-espèce est désormais uniquement représentée par deux femelles, Najin et Fatu, une mère et sa fille respectivement âgées de 31 et 20 ans.

Dimanche 13 décembre dernier, les scientifiques ont prélevé 14 ovocytes des ovaires de Fatu, née le 29 juin 2000 au zoo tchèque de Dvůr Králové et vivant désormais dans la réserve kényane d’Ol Pejeta. Les gamètes femelles ont été incubés au laboratoire Avantea, à Crémone (Italie). Huit d'entre eux ont été fécondés avec le sperme de Suni, venu au monde le 8 juin1980 – lui aussi dans le parc animalier d'Europe centrale – et mort de causes naturelles le 17 octobre 2014 à Ol Pejeta. Deux ovocytes se sont développés en embryons viables et sont actuellement stockés dans de l'azote liquide au côté des trois produits lors de précédentes interventions, en attendant d’être transférés dans l'utérus de mères porteuses de la sous-espèce australe (voir http://biofaune.canalblog.com/archives/2020/01/18/37949787.html).

En revanche, aucun embryon n'a été produit à partir des ovocytes de Najin, sans doute en raison de son âge avancé. « En outre, cette femelle  présente  une grosse tumeur abdominale », précisent les chercheurs. « Au stade actuel, celle-ci ne provoque pas de soucis de santé aigus mis peut toutefois entraver le fonctionnement des organes reproducteurs. »

Par ailleurs, si les prélèvements d’ovocytes ont pris du retard l’an passé à cause de la pandémie de Covid-19, le programme ne devrait plus connaître d’interruption cette année. La prochaine étape consistera à préparer l’implantation des embryons dans l’utérus de femelles rhinocéros blanc du Sud (C. s. simum).Dans cette perspective, un mâle reproducteur a été transféré en novembre 2020 du sanctuaire kényan Lewa Wildlife Conservancyà Ol Pejeta, où il a été stérilisé au moyen d’un procédé non chirurgical peu invasif. Dès la confirmation du succès de l’opération en mars prochain, cet individu sera constamment surveillé. En effet, son comportement devrait indiquer de manière fiable, et sans risque de fécondation, le cycle de reproduction des mères porteuses potentielles, un critère crucial afin de transférer les précieux embryons au moment le plus approprié.

Voici la vidéo d’un reportage réalisé novembre dernier par la chaîne de télévision française France 24 sur la tentative des scientifiques d’éviter l’extinction du rhinocéros blanc du Nord :