Situé au sud-ouest de l’Angleterre, le Paignton Zoo Environmental Park a annoncé, mardi 4 décembre 2018, avoir été contraint d’euthanasier dans la matinée une lionne asiatique testée positive à  la tuberculose bovine (TB).« Après s’être entretenus avec des experts de premier plan, nos vétérinaires ont dû agir rapidement afin de limiter les risques de contagion et de préserver l’avenir de notre groupe de lions », a précisé, sur sa page Facebook, le parc animalier ouvert en 1923 sur la côte sud du Devon.

« À deux reprises,  le dépistage par l'interféron gamma a désigné la tuberculose bovine », a précisé Phil Knowling, le porte-parole du zoo britannique.« Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour Maliya et notre équipe est profondément attristée par cette décision. »

Début juillet dernier, la mère de cette lionne avait également dû être abattue, Indu étant aussi porteuse de la bactérie Mycobacterium bovis. Après la mort d’une première antilope ayant succombé à la tuberculose en mai 2017, tout un troupeau de cobes de Lechwe de la Kafue – deux mâles et huit femelles avait été tué en septembre suivant pour la même raison.

MALIYA

Selon le personnel du zoo de Paignton, Maliya était une mère attentionnée et très protectrice (photo Paignton Zoo Environmental Park).

La TB touche non seulement les bovins domestiques et sauvages mais cette zoonose frappe aussi de nombreux autres mammifères. Cette forme du bacille de Koch (BK) peut ainsi affecter l’être humain.

Une unique portée

Née le 15 mai 2012 à Paignton des amours d’Indu et de Mwamba, Maliya avait donné le jour, le 16 juin 2016, à deux petits, le mâle Yali et sa sœur Arya. Elle formait avec Lucifer, 15 ans, le deuxième couple reproducteur le plus important parmi la population de lions d’Asie maintenue sur le Vieux Continent. Enregistré sous le numéro 666 dans le studbook de sa sous-espèce, son compagnon avait été transféré en mai 2014 du zoo de Londres à celui de Paignton.

En février dernier, un implant contraceptif avait cependant été posé à Maliya. « Un seul cas positif de tuberculose entraîne des restrictions de déplacement pour l’ensemble des mammifères », précisait alors Simon Tonge, le directeur du parc de la station balnéaire anglaise. « Cela nous empêche de transférer des jeunes vers d'autres établissements. Nous sommes donc contraints de limiter la reproduction. C'est frustrant, mais nous devons gérer nos élevages de façon responsable jusqu'à ce que nous puissions régler la situation. »

« Même si la coordinatrice du programme d'élevage européen en captivité (EEP *) des lions asiatiques souhaite que ce couple continue à se reproduire, notre espace reste limité et nous avons à cœur d’offrir à nos animaux des conditions de vie optimales », renchérissait le chef soigneur Rob Rouse.

Malgré les recommandations de la coordinatrice du programme d’élevage européen Rikke Kruse Nielsen, Maliya aura donné naissance à seulement deux petits.

Le zoo de Paignton a mis en place un protocole de surveillance des maladies destiné à réduire les risques d’épizooties au sein de sa collection. Son groupe de lions se compose désormais de Lucifer et de ses deux rejetons.

Depuis respectivement 2008 et 2016,  le lion d’Asie (Panthera leo persica) et le cobe de Lechwe de la Kafue (Kobus leche kafuensis) sont classés « en danger » d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

(*) L’EEP des lions d’Asie est géré par le zoo d’Aalborg, au Danemark.

Sources : Paignton Zoo Environmental Park, Daily Mail, Daily Express, The Telegraph.