Autrefois largement répandu dans les Balkans, le vautour moine (Aegypius monachus) se reproduit désormais dans cette région d’Europe méridionale au sein d’une unique colonie située à Dadia, un village de la province de Macédoine-Orientale-et-Thrace, au nord-est de la Grèce.

Grâce aux efforts de protection fournis localement par l’antenne grecque du Fonds mondial pour la nature (WWF), cette population reproductrice reste stable, avec environ 35 couples.

Considéré comme « quasi menacé » sur l’ensemble de son aire de distribution par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ce rapace diurne reste rare - et très localisé - dans les Balkans. Les ornithologues ne l’aperçoivent guère en dehors des environs de Dadia. Le vautour moine construisant généralement son nid dans les arbres, l'exploitation forestière et ses perturbations constituent une menace importante planant sur son avenir.

VAUTOUR MOINE

Vautour moine dans l'Estrémadure, au sud-ouest de l’Espagne (Photo Francesco Veronesi).

Pourtant, les effectifs de l’unique représentant du genre Aegypius sont en hausse en Espagne, en France et au Portugal avec respectivement 2.500, 35 et 10 couples reproducteurs.

Dès lors, la récente observation d’un vautour moine en Serbie fait figure de bonne nouvelle à l’heure où la Vulture Conservation Fondation (VCF) et différents partenaires préparent la réintroduction de l’espèce en Bulgarie, au centre de la chaîne montagneuse des Balkans.

Le spécimen a été photographié dans la réserve naturelle spéciale de l'Uvac, au sud-ouest du pays. Cette aire protégée abrite 104 espèces d’oiseaux dont une importante colonie de vautours fauves (Gyps fulvus).

En 2015, des vautours moines avaient déjà été aperçus en Serbie tandis que d’autres spécimens sont recensés chaque été dans les Alpes italiennes orientales.

Alors que le vautour moine a vraisemblablement disparu de l’Hexagone comme espèce reproductrice au début du XXe siècle, la France compte aujourd'hui trois populations distinctes, toutes issues de programmes de réintroduction menés dans les Grands Causses de 1992 à 2004 puis, depuis respectivement 2004 et 2005, dans la Drôme et dans le Verdon.

VAUTOUR MOINE DETAIL

Spécimen captif en août 2015 au Bioparc de Doué-la-Fontaine, dans le Maine-et-Loire (Photo Ph. Aquilon).

Les premiers relâchés dans les montagnes des Balkans sont prévus pour 2018 dans le cadre d’un projet LIFE (instrument financier pour l'environnement) soutenu par l’Union européenne.

Avec les populations croissantes en Europe occidentale, la colonie stable de Dadia et le projet LIFE mis en en œuvre en Bulgarie, les défenseurs du vautour moine espèrent que ce magnifique oiseau – atteignant jusqu’à 2,85 mètres d’envergure – nichera progressivement à travers l’ensemble des Balkans et recolonisera ainsi une partie de son ancienne aire de répartition.