Intitulé « La planète à la croisée des chemins », le congrès quadriennal de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) s’est ouvert ce jeudi 1er septembre 2016 à Honolulu, capitale de l'État d'Hawaï, aux États-Unis.

Jusqu’au samedi 10 septembre, des milliers de scientifiques, de chercheurs, d’universitaires, de chefs d’entreprises et de responsables politiques originaires du monde entier débattront des outils et des mesures envisageables pour mieux protéger des milieux naturels toujours plus fragiles et menacés.

Parmi les grands thèmes abordés lors de 1.500 événements figureront la protection des océans, la lutte contre le trafic des espèces sauvages, la sauvegarde de la biodiversité, l’atténuation de l’impact du dérèglement climatique ou encore la transition vers un développement plus durable. Avec, en toile de fond, cette question vitale pour l’avenir de l’humanité : comment concilier conservation de la nature et progrès humains ?

Ce congrès de l'UICN doit permettre de trouver des accords sur des sujets sensibles dans l’optique de futures échéances internationales comme la 17ème session de la Conférence des Parties à la Cites (CoP17), prévue à Johannesburg (Afrique du Sud) du samedi 24 septembre au mercredi 5 octobre 2016.

Plusieurs documents doivent être publiés durant la conférence, dont une mise à jour de la Liste rouge mondiale des espèces menacées.

Selon l’UICN, plus du quart des espèces sont aujourd’hui menacées d’extinction, dont 42 % des amphibiens, 34 % des conifères, 33 % des coraux, 31 % des requins et raies, 26 % des mammifères et 13 % des oiseaux !