Douze bisons d’Europe ont été relâchés fin avril 2016 dans la réservenaturelle de Valdeserrillas dans la province de Valence, en Espagne. Selon la True Nature Foundation - institution de conservation située aux Pays-Bas, il s’agirait de la plus importante réintroduction de bisons en Europe occidentale à ce jour. Cette opération est le fruit d’un partenariat entre la True Nature Foundation et l'Association européenne des zoos et des aquariums (EAZA) dont le programme européen d'élevage (EEP), lancé en 1995, est géré par le Highland Wildlife Park de Kingussie, en Écosse.

Ce relâché se veut le point de départ d’un vaste programme visant à restaurer le plus gros mammifère terrestre du Vieux Continent dans son aire de répartition originelle.

RELACHE D'UN BISON EUROPEEN DANS LA RESERVE ESPAGNOLE DE VALDESERRILLAS

Relâché de l’un des bisons en provenance du Kent (photo Guido Beauchez / True Nature Foundation).

Sept premiers animaux confiés par le Fota Wildlife Park - un zoo irlandais créé en 1983 par la Société zoologique d’Irlande et l’University College Cork - ont été transférés dans la péninsule ibérique samedi 23 avril 2016. Vendredi 29 avril, ils ont été rejoints par cinq congénères arrivant du Howletts Wild Animal Park et de la Port Lympne Reserve, deux établissements zoologiques du Kent, au Royaume-Uni. Le transport des ruminants a été assuré par la Aspinall Foundation,association britannique pour la conservation de la nature fondée en avril 1984 par John Aspinall (1926-2000), le propriétaire de ces deux zoos anglais.

Deux lignées distinctes

Victime de la perte de son habitat et de la chasse, le bison d’Europe a frôlé l’extinction au début du XXème siècle. Grâce à l’élevage en captivité puis à diverses réintroductions, sa population a augmenté progressivement. Considéré comme « vulnérable » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) de 1988 à 1996, le bison européen a ensuite été classé comme « en danger » jusqu’en 2008. Depuis, il figure de nouveau parmi les espèces « vulnérables ».

Toutefois, l’UICN distingue deux lignées, celle de la sous-espèce des plaines (Bison bonasus bonasus) et une autre dite mixte composée d’hybrides entrebisons des plaines et bisons du Caucase (B. b. bonasus x B. b. caucasicus). Les spécialistes estiment la première « vulnérable » et la seconde « en danger d’extinction ». Il n’existe plus aujourd’hui de « purs » bisons du Caucase, le dernier individu - un taureau captif baptisé Kaukasus - étant mort le 26 février 1925 dans la propriété du comte Guido Adolf Georg Dietlof von Arnim-Boitzenburg (1867-1933) à Boitzenburg, au nord-est de l’Allemagne.

BISON D'EUROPE

L’une des menaces planant sur l’avenir du bison d’Europe reste la consanguinité, la lignée de la sous-espèce des plaines descendant de seulement sept individus fondateurs (photo Guido Beauchez / True Nature Foundation).

Si le déclin puis le sauvetage du bison d’Europe est souvent présenté comme un succès exemplaire dans l’histoire de la conservation, le combat est loin d’être achevé. « De larges zones du continent européen étaient autrefois le royaume du bison et ces récents trasnferts permis grâce à des membres-clés de l’EAZA et à l’EEP constituent un premier pas pour repeupler la partie occidentale de l’aire de distribution historique de l’espèce », espère Douglas Richardson,  le coordinateur du programme européen d'élevage.

Chevaux féraux et aurochs reconstitués

En 2017, True Nature Foundation soutiendra ainsi de nouveaux relâchés non seulement dans la réserve naturelle de Valdeserrillas - s’étendant actuellement sur 365 hectares - mais aussi dans d’autres sites en Espagne et en Europe. « Nous espérons que cela marquera le début d’une coopération durable et fructueuse entre tous les organismes impliqués dans l’élevage du bison avec l’objectif commun de rétablir les écosystème européens dans leur état originel », souligne Henri Kerkdijk-Otten, président de True Nature Foundation.

Devant s’agrandir dès cette année pour couvrir 1.500 hectares, la réservenaturelle de Valdeserrillas pourrait à l’avenir être labellisée par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco). Très prochainement, la True Nature Foundation envisage d’y relâcher aussi des chevaux féraux d’écotype du nord de l’Espagne - comme le poney pottoka - et des aurochs reconstitués issus du Uruz Project, les trois mammifères herbivores étant écologiquement complémentaires du fait de leurs préférences alimentaires.

TROUPEAU DE BISONS D'EUROPE DANS LA RESERVE ESPAGNOLE DE VALDESERRILLAS

Le troupeau des sept bisons transférés depuis le Fota Wildlife Park dans la réserve espagnole de Valdeserrillas (photo Guido Beauchez / True Nature Foundation).

« Nous sommes ravis de participer à ce projet de rewilding en Espagne », souligne Damian Aspinall, président de la Fondation Aspinall. «C’est ce que doit être la conservation. Les succès obtenus dans la reproduction d’espèces vulnérables ou menacées en captivité sont inutiles si ces animaux ne peuvent retourner dans la nature à laquelle ils appartiennent. »