Après un vol de 22 heures depuis Johannesburg (Afrique du Sud), six femelles rhinocéros blancs âgées de 4 à 7 ans sont arrivées jeudi 5 novembre 2015 au parc zoologique de San Diego (États-Unis) où elles ont été placées en quarantaine pour 30 jours.

L’établissement nord-américain a annoncé le lendemain que ces six animaux appartenant à la sous-espèce australe (Ceratotherium simum simum) ont été transférés en Amérique dans le cadre du programme de sauvegarde du rhinocéros blanc du Nord (C. s. cottoni) et doivent rejoindre le nouveau centre de sauvegarde des rhinocéros (Rhino Rescue Center’s) du zoo de San Diego. Spécialement conçu pour accueillir ces femelles, ce lieu ne sera pas accessible au public.

Classé en danger critique d’extinction, le rhinocéros blanc du Nord compte seulement quatre représentants encore vivants. Trois spécimens de cette sous-espèce sont élevés dans la réserve kényane d'Ol Pejeta : le mâle Sudan, capturé très jeune le 19 novembre 1973, et deux femelles, Najin  - née en captivité en 1989 - et sa fille Fatu, âgée de 14 ans. Tous ont été transférés le 20 décembre 2009 depuis le zoo de Dvůr Králové, en République tchèque. Par ailleurs, Nola, une femelle née en 1974, est toujours hébergée au Diego Zoo Safari Park (États-Unis) où elle est arrivée en 1989 en provenance du zoo tchèque.

NOLA

Nola, l’unique femelle rhinocéros blanc du Nord du San Diego Zoo Safari Park ici photographiée en avril 2015, est désormais trop âgée pour se reproduire (photo Jeff Keeton).

L’état de santé de Nola suscite d’ailleurs l’inquiétude des responsables du parc californien. Après une infection des sinus en janvier 2015, elle a été victime en mai d’un abcès à la hanche droite. Malgré les soins prodigués, l’infection bactérienne provoquant cet abcès est réapparue en septembre. Pour l’heure, son état de santé semble stabilisé. « L’imagerie thermique permet de surveiller l’évolution de cet abcès chronique et d’ajuster les traitements  [à base d’anti-inflammatoires et d’antibiotiques] », déclarait le mois dernier au San Diego Union-Tribune le Dr. Nadine Lamberski, directrice adjointe des services vétérinaires du San Diego Zoo Safari Park.

Le « zoo congelé »

L’établissement zoologique du sud de la Californie prévoit de recourir aux six femelles sud-africaines comme mères porteuses après l’implantation d’embryons de rhinocéros blancs du Nord. L’avenir de cette sous-espèce pourrait en effet se jouer dans le « zoo congelé » (Frozen Zoo) de l’institut de recherche pour la conservation (Institute for Conservation Research) du zoo de San Diego où sont maintenues des cultures cellulaires viables de 12 rhinocéros blancs du Nord. Les cellules individuelles peuvent être transformées en cellules souches pluripotentes susceptibles de produire n'importe quel tissu dans l'organisme.

RHINOCEROS BLANC FEMELLE EN CAPTIVITE AU SAFARI DE PEAUGRES

Femelle rhinocéros blanc du Sud en captivité au Safari de Peaugres, dans l’Ardèche, en mai 2015 (photo Ph. Aquilon).

Grâce à la fécondation in vitro, le premier objectif des scientifiques du zoo de San Diego devrait consister à recourir aux femelles du centre de sauvegarde pour donner naissance à des hybrides conçus avec le sperme de mâles rhinocéros du Nord et les ovules de femelles du Sud. Néanmoins, au regard des avancées de la génomique et de la technologie, les chercheurs espèrent créer ultérieurement des embryons du « purs » rhinocéros blancs du Nord que les femelles de la seconde sous-espèce mèneraient à terme.

Selon le San Diego Zoo Safari Park, le premier bébé rhinocéros blanc du Nord ainsi conçu pourrait voir le jour d’ici dix à quinze ans.