Ce mardi 25 août 2015, près de 500 œufs de criquets rhodaniens (Prionotropis hystrix rhodanica) ont été déposés, à quelques centimètres du sol, dans la plaine de la Crau. Provenant du parc zoologique de Thoiry (Yvelines), ces œufs ont été rapportés dans les Bouches-du-Rhône vendredi 21 août dernier par Laurent Tatin, biologiste à la réserve naturelle des Coussouls de Crau (RNC). En effet, début 2015, l’établissement francilien a mis en place un programme d’élevage ex situ destiné à la sauvegarde de  cette espèce menacée en dehors de son milieu naturel (voir http://biofaune.canalblog.com/archives/2015/02/09/31493504.html).

CRIQUET RHODANIEN

Communément appelé criquet de Crau, le criquet rhodanien est incapable de voler à cause de ses ailes atrophiées (Photo © A. Hochkirch - Cathy Gibault/Parc et Château de Thoiry).

En mai 2014, Cathy Gibault, vétérinaire au zoo de Thoiry et en charge des projets du fonds de dotation Thoiry Peaugres Conservation (TPC), avait contribué à élaborer la stratégie de conservation du criquet rhodanien en collaboration avec la RNC et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Depuis quelques années, cet insecte endémique du paléo-delta de la Durance connaît une chute très sévère de ses effectifs. Découvert en 1921 et protégé depuis 1976, ce criquet survit uniquement dans les zones steppiques arides et légalement protégées de la réserve naturelle des Coussouls de Crau. Afin d’enrayer son déclin, l’équipe de la RNC mène actuellement des recherches pour identifier les causes de la raréfaction de cet orthoptère de grande taille, classé « en danger critique d’extinction » depuis 2012 par l’UICN. Les individus qui verront le jour en avril 2016 permettront de renforcer sa fragile population.

RÉSERVE NATURELLE DES COUSSOULS DE CRAU

Classée en 2001, la réserve naturelle nationale des Coussouls de Crau couvre une surface de 7.411 hectares où vit une faune typique des milieux steppiques d’Europe occidentale (Photo © A. Hochkirch - Cathy Gibault/Parc et Château de Thoiry).

Autorisation exceptionnelle

Le criquet rhodanien s’avère particulièrement sensible à la fragmentation de son écosystème puisqu’il ne vole pas. Au cours de sa vie, un individu parcourt en moyenne une cinquantaine de mètres. Il est incapable de franchir des obstacles comme les routes ou les canaux pour coloniser de nouveaux milieux. Son habitat est menacé par l’extension des zones agricoles et industrielles.

En avril 2015, Laurent Tatin et Cathy Gibault avaient obtenu l’autorisation exceptionnelle de capturer quelques spécimens juvéniles dans la nature. Ces animaux avaient été directement transférés vers la station d’élevage de Thoiry où la ponte de très nombreuses oothèques, contenant chacune une quinzaine d’œufs, a été obtenue.

STATION D'ÉLEVAGE DU ZOO DE THOIRY

Jamais réussie ex situ, l’éclosion d’œufs de criquets rhodanien constitue un nouveau défi pour l’équipe du parc zoologique de Thoiry (Photo © A. Hochkirch - Cathy Gibault/Parc et Château de Thoiry).

À des fins d’observation scientifique, un certain nombre d’œufs ont été conservés par l’établissement zoologique et placés en incubation. Les jeunes, dont l’éclosion est attendue au printemps prochain, seront susceptibles d’être relâchés en milieu naturel. À ce jour, aucune éclosion n’a encore été enregistrée en captivité.