Après les précédents ouvrages sur les mammifères puis les oiseaux, la collection « Histoires remarquables » des éditions Delachaux & Niestlé s’enrichit d’un nouveau titre consacré aux seuls insectes. Une exclusivité légitime, cette classe représentant 50 % de la biodiversité connue avec près d’un million d’espèces déjà décrites. Dotés de facultés d’adaptation fascinant les chercheurs, les insectes, ces « champions de la réussite biologique », possèdent en effet des mœurs complexes et trop souvent ignorées.

HISTOIRES REMARQUABLES LES INSECTES

Entomologiste, fondateur de l’association pour le développement des jardins sauvages ou naturels (PONEMA) et président de l’Office pour les insectes et leur environnement (OPIE), Vincent Albouy s’attache à combler cette lacune à travers près d’une trentaine d’exemples devant lesquels le lecteur reste pantois tant les stratagèmes des insectes pour se reproduire, échapper à leurs prédateurs ou capturer leurs proies, migrer, bâtir et protéger leur « royaume » ou encore conquérir tous les milieux de la planète - à l’exception notable des mers et des océans - sont incroyables. Bref, pour survivre sur les terres émergées depuis leur apparition, sans doute au Silurien voici 425 millions d’années. Bien avant l’apparition de l’Homme, laquelle ne serait peut-être jamais advenue sans les bousiers, ces coléoptères coprophages aujourd’hui décimés par les molécules de synthèses utilisées en médecine vétérinaire.

De la chenille écolo à la mouche allaitante !

L’ouvrage prend des allures de récit de voyages extraordinaires à la rencontre de l’écolo bombyx du mûrier, seul insecte vraiment domestiqué et recyclant un déchet toxique en produit de luxe, du papillon monarque dont la durée de vie varie selon les saisons, de la maternelle et redoutée mouche tsé-tsé allaitant son unique asticot, d’un pompile tueur de mygales, de lucioles jouant les naufrageuses à l’aide de signaux lumineux trompeurs ou encore d’un staphylin capable de droguer les fourmis.

L’auteur évoque aussi les mathématiques par le biais de la cellule hexagonale des ruches, figure géométrique utilisant un minimum de cire pour une contenance maximale, ou du cycle larvaire de quelques cigales recourant aux nombres premiers pour ne pas être décimées. Ce livre invite aussi à réfléchir et à repenser notre rapport aux insectes, alors qu’un sondage effectué en 2009 révélait que 69 % de nos concitoyens manifestaient du dégoût pour ces animaux. Pourtant, au XXIème siècle et  face à l’émergence de souches bactériennes résistantes aux antibiotiques, « l’asticothérapie » peut sauver bien des cas médicalement désespérés.

MONARQUES

La durée de vie moyenne d'un monarque (Danaus plexippus) atteint environ deux mois au printemps et en été, et s’élève entre sept et neuf mois pour la génération hivernante (photo Gene Nieminen, U.S. Fish and Wildlife Service).

Vincent Albouy aborde également les rivages de la crypto-zoologie grâce à un papillon malgache à la trompe démesurée dont Charles Darwin (1809-1882) avait eu l’intuition près d’un siècle et demi avant la première observation de son comportement butineur sur les fleurs d’Angraecum sesquipedale et réhabilite la cigale de la fable, mise à mal au XVIIème siècle par Jean de La Fontaine (1621-1695).

« Il ne se trouve nulle part autant de merveilleux, et de merveilleux vrai, que dans l’histoire des insectes », écrivait le physicien et naturaliste René-Antoine Ferchault de Réaumur dans ses Mémoires pour servir à l'histoire des insectes (1734-1742). Depuis, les découvertes des chercheurs ne cessent de le démontrer.

ALBOUY Vincent, DESBORDES François (illustrateur), Histoires remarquables, les insectes, Delachaux et Niestlé, avril 2015, 288 p., 17,90 €.