Le zoo australien de Melbourne a transféré mercredi 1er avril 2015 sept crocodiles des Philippines (Crocodylus mindorensis) au centre de  sauvetage et de conservation de la faune sauvage de Palawan (Palawan Wildlife Rescue & Conservation Centre), une île du sud-ouest des Philippines. Afin d’assurer aux animaux des conditions de vol optimales, des caisses de transport équipées de sacs en toile rembourrées avec de la laine de bois douce ont été fabriquées sur mesure par le parc animalier.

Âgés d’un an et mesurant aujourd’hui 40 centimètres de long, ces crocodiles sont nés et ont grandi au zoo de Melbourne, le premier et le seul établissement australien à avoir reproduit cette espèce, classée en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le sexe de ces animaux n’a pas été déterminé mais, selon les responsables du Royal Melbourne Zoological Gardens, le groupe comporte des mâles et des femelles - le sexe des crocodiles étant déterminé par la température à laquelle les œufs sont incubés.

CROCODILE DES PHILIPPINES JUVENILE

Un spécimen juvénile photographié en 2005, vraisemblablement au zoo de Melbourne (Scott Sandars).

Selon Deon Gilbert, soigneur des reptiles au sein du zoo urbain, la mise en contact du couple reproducteur s’est avérée assez délicate. Le mâle se montrant violent, la première tentative a tourné court et les deux individus ont dû être séparés. En revanche, le second essai a été concluant avec la ponte de 15 œufs.

Crocodile d’eau douce

À terme, les crocodiles seront relâchés dans la nature. Adultes, ils mesureront en moyenne entre 2 et 3 mètres. Autrefois largement répandu à travers les Philippines, ce reptile - également appelé crocodile d’eau douce des Philippines afin de le différencier du crocodile marin (Crocodylus porosus) également présent dans l’archipel - survit aujourd’hui à l’état sauvage uniquement à Luçon, Mindanao et Dalupiri, dans les îles Babuyan. Jusqu’en 1989, il fut considéré comme une sous-espèce du crocodile de Nouvelle-Guinée (Crocodylus novaeguinae) avant d’être érigé au statut d’espèce à part entière.

Victime de la chasse, de la fragmentation et de la destruction de son habitat, ce crocodilien est désormais l’un des plus menacés au monde. Les spécialistes estiment à environ 250 le nombre de spécimens adultes vivant à l’état sauvage. La dernière population reproductrice connue se trouve dans le parc de la Sierra Madre du Nord (Northern Sierra Madre Natural Park).

CROCODILE DES PHILIPPINES ADULTE

Mâle adulte dans la rivière Disulap, sur le territoire de la commune de San Mariano, au nord de l’île de Luçon. En 2001, une partie de ce cours d’eau a été érigée en sanctuaire pour le crocodile des Philippines (photo Merlijn Van Weerd).

Réunissant le Healesville Sanctuary, le Werribee Open Range Zoo et le zoo de Melbourne, la société Zoos Victoria -gérée par l’établissement de la capitale de l’État - collabore étroitement avec la fondation Mabuwaya, les communautés agricoles locales et le gouvernement philippin afin de protéger le fragile crocodile à travers la mise en œuvre d’un plan national de restauration de l’espèce. « Dans un pays très peuplé [les Philippines comptent près de 100 millions d’habitants], confronté à une grande pauvreté, où le gouvernement se trouve à cours de ressources pour aider les habitants et victime de troubles civils dans le sud de son territoire, il est difficile de veiller sur les crocodiles », relève Chris Banks, responsable des programmes internationaux de conservation pour Zoos Victorias.

En Europe, les établissements zoologiques suivants élèvent des crocodiles des Philippines : le zoo de Cologne (Allemagne), le Krokodille Zoo d’Eslikstrup (Danemark), l’Aquarium de Bergen (Norvège), leKrokoZoode Protivin (République tchèque), le zoo de Zurich (Suisse) et les zoos de Londres et de Paignton (Royaume-Uni).

Sources : ABC, Crocodilian Specialist Group, UICN, zootierliste.de