Selon un rapport mis en ligne jeudi 12 février 2015 par le Système de prévention des urgences (Empres) de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), huit tigres hébergés dans un parc animalier chinois ont été touchés par l’influenzavirus A de sous-type H5N1, responsable de la grippe aviaire. Deux des félins du zoo de Nanning, dans la région méridionale du Guangxi, ont succombé à cette affection.

Des cas de contaminations par le H5N1 de grands félins élevés en captivité ont déjà été rapportés par le passé. En 2006, une note du réseau mondial d'alerte et d'action en cas d'épidémie (GOARN) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mentionnait ainsi plusieurs études consacrées à des infections de félins par le H5N1. En décembre 2003, deux tigres et deux léopards, nourris avec des carcasses fraîches de poulets, étaient morts subitement dans un zoo thaïlandais. La nécropsie avait révélé la présence de l’influenzavirus H5N1 dans des échantillons tissulaires de ces animaux.

TIGRE ZOO CHINE

Tigre en captivité dans un zoo chinois (photo Shizhao).

En février 2004, le H5N1 avait provoqué la mort d’une panthère nébuleuse dans un zoo près de Bangkok et, un mois plus tard, celle d’un tigre blanc dans le même établissement. Enfin, en octobre 2004, les félins élevés au Sri Racha Tiger Zoo, le plus important centre d’élevage de tigres thaïlandais, avaient été décimés par l’épizootie. Ces animaux recevaient également des carcasses fraîches de poulets. Au total, 147 tigres sur les 441 ( !) de ce parc étaient morts de l’infection ou avaient été euthanasiés. Les recherchés menées ultérieurement ont suggéré la possibilité d’une contamination interspécifique.

Aucune inquiétude dans l’Hexagone

En décembre dernier, après l’apparition de cas de grippe aviaire dans des élevages de volailles allemands, britanniques et néerlandais, un arrêté de confinement des oiseaux avait été pris dans l'Ain, un département abritant de nombreux oiseaux migrateurs.

Touché par cette décision, le Parc des oiseaux de Villars-les-Dombes a d’ailleurs été contraint de repousser sa date d’ouverture au samedi 28 février 2015, après avoir obtenu l’autorisation de procéder à la vaccination de ses pensionnaires.

INFLUENZA A H5N1

Micrographie électronique à transmission colorisée de l’influenzavirus A de sous-type H5N1 - en doré, cultivé dans une lignée cellulaire MDCK, en vert (photo Cynthia Goldsmith).

Malgré des contextes épidémiologiques français et chinois très différents – la France bénéficiant du statut « indemne de grippe aviaire (H5N1 HP) », existe-t-il un risque de contamination pour les félins hébergés dans les établissements zoologiques locaux? Et quelles sont les mesures préventives adoptées au sein de ces parcs ? BIOFAUNE  a posé la question au responsable animalier de l’un d’entre eux.

« Les règles d’hygiène strictes mises en place dans les parcs zoologiques français réduisent drastiquement le risque d’infection pour les fauves », assure-t-il. « L’utilisation systématique de pédiluves avant de rentrer dans les enclos, le nettoyage quotidien de ces derniers, les désinfections régulières des loges sont autant de mesures importantes pour éviter ce genre de situation », précise ce professionnel expérimenté.

« La plupart des fauves mangent des volailles issues de la filière des abattoirs et donc, là encore, les contrôles des autorités sanitaires garantissent une très bonne sécurité. Enfin, les derniers cas de virus de la grippe aviaire détectés en Europe sont du sérotype H5N8. Jusqu'à preuve du contraire, celui- ci n’affecte pas des félins. »