Depuis quelques semaines, les autorités chinoises tentent de combattre le virus de la maladie de Carré dont ont été victimes plusieurs pandas géants élevés en captivité dans le pays.

Âgés de huit ans, deux spécimens - Cheng Cheng et Dabao - sont morts respectivement le 9 décembre 2014 et le 4 janvier 2015 au centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi, au nord-ouest de la Chine. Les vétérinaires essaient actuellement de soigner Feng Feng, cinq ans. Diagnostiquée porteuse de la maladie de Carré le 26 décembre dernier, cette jeune femelle est gravement atteinte au niveau du cœur, des poumons, du foie et des reins. Également infectée, Zhu Zhu , une femelle de 14 ans, se trouverait aujourd’hui dans un état stable.

« La maladie de Carré est une maladie gravissime pour les pandas avec un taux de mortalité atteignant 80% », assure Wang Chengdong, directeur du centre hospitalier vétérinaire de la réserve naturelle de Wolong, dans la province du Sichuan. Le virus affecte le tractus gastro-intestinal, l'appareil respiratoire, la moelle épinière et le cerveau. Décrite en 1905 par le vétérinaire marnais Henri Carré, cette maladie touche les canidés, certains mustelidés mais aussi d’autres carnivores terrestres et marins.

PANDAS CHENGDU

Pandas géants à l’automne 2011 à la base de recherches de Chengdu. Cette institution ne semble pas touchée par le virus (photo Chensiyuan).

« Aucune entreprise ou institution de recherche ne produit de vaccins spécialement conçus pour les pandas géants », a précisé le professeur et vétérinaire Jin Yipeng à l'Université de l'agriculture de Chine à la Télévision centrale chinoise (CCTV). « En d'autres termes, nous pouvons difficilement trouver un vaccin susceptible de protéger efficacement les pandas. »

À l’heure actuelle, le centre de recherche du Shaanxi déclare ne pas connaître l’origine de ces infections.

Les médias chinois ont rapporté que les centres d’élevage du panda géant dans la province voisine du Sichuan – la base de recherches de Chengdu (CRBGPB) et le centre chinois de recherches et de conservation du panda géant (CCRCGP) – ont adopté des mesures d’urgence comme la désinfection renforcée des enclos ou la limitation des contacts avec le public.

Les spécialistes redoutent désormais qu’une éventuelle épizootie ne réduise à néant les succès obtenus ces dernières années dans la reproduction des pandas géants en captivité.

Sources : Le Quotidien du Peuple, CNN, International Business Times, www.pandas.fr, Wikipédia.