Selon un responsable du San Diego Zoo Safari Park (États-Unis), l’extinction des rhinocéros blancs du Nord (Ceratotherium simum cottoni) ne serait pas inéluctable malgré la mort, vendredi 17 octobre 2014, de l’un des sept derniers représentants de cette sous-espèce. Né le 8 juin 1980 au zoo de Dvůr Králové (République tchèque), le mâle Suni est mort, apparemment de causes naturelles, dans la réserve kényane d'Ol Pejeta. Aujourd’hui, deux des six derniers spécimens vivent au sein de l’établissement zoologique californien.

SAN DIEGO ZOO SAFARI PARK

(Photo Jim1138)

« C’est une grande perte mais nous avons déjà réussi à sauver des espèces dans des situations comparables et nous espérons toujours qu’une partie du travail accompli ici permettra de renverser la tendance », affirme Andy Blue, conservateur adjoint des mammifères au San Diego Zoo Safari Park. « La population d’oryx d’Arabie comptait très peu d’individus à la fin des années 1960. Or plusieurs centaines de ces ongulés ont vu le jour au San Diego Zoo Safari Park et un grand nombre a été réintroduit dans la nature. »

Oryx d’Arabie et condor de Californie

Entre 1963 et 1964, neuf oryx d'Arabie (Oryx leucoryx) avaient été transférés au zoo de Phoenix en Arizona (États-Unis). Trois avaient été capturés dans la nature dans la République du Yémen près de la frontière du Sultanat d'Oman, un provenait du zoo de Londres (Royaume-Uni), quatre de la collection privée du roi d’Arabie saoudite et un de celle d’un émir du Koweït. Ce groupe de neuf oryx est entré dans l’histoire zoologique comme la World Herd. En parallèle, un second groupe reproducteur composé de trois oryx originaires d'un zoo en Arabie Saoudite avait rejoint le zoo de Los Angeles (États-Unis).

ORYX D'ARABIE

Oryx d’Arabie à la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris en février 2013 (photo Ph. Aquilon).

Ce programme d’élevage ex situ fut un succès et des oryx nés en captivité à Phoenix furent ensuite confiés à d’autres établissements dont le San Diego Wild Animal Park, devenu en 2010 le San Diego Zoo Safari Park. Cette année là, 342 oryx d’Arabie étaient déjà nés dans le parc californien avant de rejoindre, pour une partie d’entre eux, leur aire de répartition originelle via des réintroductions dans le Sultanat d'Oman et en Jordanie.

Dans les années 1980, le San Diego Wild Animal Park a également joué un rôle majeur, avec le zoo de Los Angeles, dans le sauvetage du condor de Californie (Gymnogyps californianus). En 1987, la population totale de ce rapace, toujours classé en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), était de seulement 22 individus, tous hébergés en captivité.

Les chercheurs de l’association San Diego Zoo Global ont précisé avoir prélevé du matériel génétique sur des rhinocéros blancs du Nord morts et travaillé sur de nouvelles méthodes de reproduction.

ANGALIFU

Né à l’état sauvage, le mâle Angalifu a été confié en 1990 au San Diego Wild Animal Park par le zoo soudanais de Khartoum (photo Sheep81).

Tous deux nés en 1974, les spécimens actuellement hébergés au San Diego Zoo Safari Park - un mâle baptisé Angalifu et une femelle dénommée Nola - semblent incapables d’engendrer, vraisemblablement en raison de leur âge.

La compétence du San Diego Wild Animal Park en matière de reproducteur des rhinocéros est internationalement reconnue avec, depuis l’ouverture de l’établissement en 1972, avec 92 naissances de rhinocéros blancs, 66 de rhinocéros indiens (Rhinoceros unicornis) et 13 de rhinocéros noirs (Diceros bicornis).

RHINOCEROS BLANCS DU NORD A DVUR KRALOVE

Rhinocéros blancs du Nord en mars 2008 au zoo de Dvůr Králové (photo Mistvan).

Le rhinocéros blanc du Nord échappera-t-il au sort du rhinocéros noir d’Afrique de l’Ouest (Diceros bicornis longipes) ? Le 11 novembre 2011, cette sous-espèce du rhinocéros noir avait été officiellement déclaré éteinte par l'IUCN.

Tournée en 2012, cette vidéo présente les quatre rhinocéros blancs du Nord transférés le 20 décembre 2009 du zoo de Dvůr Králové (République tchèque) à la réserve d'Ol Pejeta au Kenya : http://www.youtube.com/watch?v=2cOmSr_pUr8

Sources : Times of San Diego, San Diego Wild Animal Park, Wikipédia.