À bientôt quatre-vingts ans –elle les célébrera le 4 juin 2014, Daphne Sheldrick est l’une des figures féminines charismatiques de la défense de la nature. Son nom est indissociable du combat pour la sauvegarde des éléphants d’Afrique et son orphelinat pour les jeunes pachydermes célèbre dans le monde entier, notamment grâce à plusieurs documentaires animaliers. Tout au long de sa vie, Daphne Sheldrick a suivi son cœur et ses amours. Pour les hommes de sa vie et la faune sauvage du Kenya, son pays natal. Une vie tout à la fois simple et extraordinaire dévoilée dans Une histoire d’amour africaine

UNE HISTOIRE D'AMOUR AFRICAINE

Durant près de deux décennies, de 1955 à 1976, cette descendante de colons épaule son second mari, David Sheldrick, à la tête du parc national de Tsavo East, l’un des plus vastes et des plus anciens du pays. Une mission exaltante et difficile, semée d’embûches et de dangers, entre la révolte des Mau Mau dans les années 1950, la corruption ou l’inefficacité de l’administration chargée de la protection du patrimoine naturel et, déjà, le fléau du braconnage organisé décimant les populations d’éléphants et de rhinocéros noirs comme blancs.

Tout au long de ces années, Daphne Sheldrick recueille nombre de créatures sauvages à poils ou à plumes, victimes des hommes ou des prédateurs : du petit dik-kik au jeune koudou, du bébé phacochère à l’oisillon récupéré du nid en passant par les rhinocéros, buffles, élands et éléphanteaux orphelins. Avec, toujours, le souhait que ces animaux retournent un jour à la vie sauvage.

DAVID SHELDRICK WILDLIFE TRUST

Peu après avoir quitté le Tsavo pour s’établir près de Nairobi, Daphne Sheldrick perd son mari, victime d’une crise cardiaque. Puisant son courage dans l’exemple des éléphantes matriarches, elle poursuit néanmoins leur œuvre commune et recueille toujours davantage de petits pachydermes dans son orphelinat. Son acharnement à les sauver d’une mort certaine permettra notamment d’établir la formule d’un lait adapté aux éléphanteaux non sevrés, voués à une mort quasi certaine en cas de recours au lait de vache. À l’instar de Lawrence Anthony et malgré le scepticisme d’une partie du milieu scientifique, Daphne Sheldrick est aussi convaincue que les pachydermes possèdent d’étonnantes facultés de télépathie.

Le braconnage, « un désastre national »

Publiée en 2013, son autobiographie revêt une actualité tristement brûlante à l’heure où le paléontologue Richard Leakey, ancien directeur des services de préservation de la vie sauvage du Kenya (KWS), lance un cri d’alarme en évoquant le «désastre national » du braconnage sévissant au Kenya. Samedi 22 mars 2014, lors d’une conférence de presse à Nairobi, l’ancien ministre, dont la figure apparaît dans l’ouvrage de Daphne Sheldrick, s’est indigné de la recrudescence du massacre des éléphants et des rhinocéros. Selon Richard Leakey, les lois ne sont pas respectées et les braconniers bénéficient de la complicité de certains officiels.

ELEPHANTS DANS LE PARC NATIONAL DU TSAVO

Éléphants se recouvrant de terre après un bain de boue dans le parc national de Tsavo East (photo Mgiganteus).

Selon Interpol, 13 tonnes d'ivoire ont été saisies en 2013 au Kenya, qui serait devenu une plate-forme d'exportation des défenses braconnées dans les états voisins. Et d’après l'ONG Wildlife Direct, seuls 4% des condamnés pour des crimes sur la faune y ont été emprisonnés. Richard Leakey estime vitale une réorganisation totale du KWS, affirmant que les données officielles du braconnage sont « manifestement fausses» et largement sous-estimées. Un récent recensement dans le parc national de Tsavo, si cher à Daphne Sheldrick, aurait permis de découvrir 800 carcasses d'éléphants et mis en lumière une baisse de 1 500 têtes de la population de pachydermes.

Au fil des pages et de la vie de son auteure, Une histoire d’amour africaine révèle l’extraordinaire intelligence du plus grand animal terrestre, pourchassé pour son ivoire jusque dans ses derniers sanctuaires. Une intelligence à laquelle l’Homme n’entend pas tout…

SHELDRICK Daphne, Une histoire d’amour africaine, Flammarion, 2013, 424 p.