Il apparaît sous le nom de monsieur Ruppert, « un Suisse très discret », dans le bel album de littérature de jeunesse Siam de Daniel Conrod et François Place. « Une fois par an, il venait au zoo, toujours à la même heure, tôt le matin, toujours bien habillé. Il s’approchait de la barrière et chantait doucement « Siaaamm ! ». Oh ! il n’avait pas besoin de répéter. Aussitôt, Siam redressait la tête et la trompe, poussait son cri de bonheur et se précipitait vers monsieur Ruppert. J’avais l’impression qu’ils se parlaient tous les deux. Au bout d’une heure, monsieur Ruppert partait tristement, comme d’habitude… »

SIAM 04CONROD Daniel & PLACE François, Siam, Rue du Monde, 2002, 32 p.

En fait, monsieur Ruppert était allemand et se nommait Ruppert Bemmerl. Né le 13 août 1931 à Steinach, il travaille d’abord au cirque anglais Billy Smart, lequel possède à l’époque une dizaine d’éléphants d’Asie dont une femelle provenant du zoo de Wellingborough (1943-1970) et dix jeunes acquis en 1951 et 1952 à Singapour et Bangkok. En septembre 1955, Ruppert Bemmerl est embauché par le cirque national suisse Knie où il a notamment la charge de trois mâles : Tembo, Mohti et le célèbre Siam.

Les trois mâles du cirque Knie

Né en 1951 dans le Ruaha National Park de Tanzanie et capturé l’année suivante pour le compte du zoo de Bâle par le marchand d’animaux August Kuenzler, Tembo arrive le 1er novembre 1952 au « Zolli ». Autres temps, autres mœurs… Il est acheté en 1953 par la famille Knie avant d’être confié en mai 1963 à la société de commerce d’animaux « Tierhandelsfirma Ruhe ». Le 31 mai 1963, Tembo gagne le zoo de Hanovre où il demeure jusqu’à sa mort, le 30 août 1977.

SIAM 03Deux "monuments" du Parc zoologique de Paris : Siam et l'emblématique Grand Rocher, érigé entre 1932 et 1934 (Carte postale du Parc zoologique de Paris, collec. pers.).

De son côté, le mâle asiatique Mohti (ou Moti) est capturé en 1948. Le cirque Knie l’acquiert en 1953 et le conserve jusqu’en 1960, date à laquelle cet éléphant est lui aussi cédé à la « Tierhandelsfirma Ruhe ». Le 17 avril 1962, Mohti fait son entrée au zoo d’Hanovre. Il y vit jusqu’à sa mort, le 24 mai 1973.

L’épopée de Siam

Quant à Siam, il serait né en 1945, sans doute en Thaïlande. Travaillant au débardage dans une exploitation forestière, il est choisi sur catalogue en 1952 par la famille Knie. Il rejoint le cirque suisse le 4 juin 1956 après un voyage en bateau entre Calcutta et le port italien de Gênes. Ruppert Bermmel se souvenait de son état de maigreur et des soins apportés pour lui « refaire une santé ». Siam reste jusqu’en 1964 au cirque Knie dont il devient le premier reproducteur.

L’imbroglio de Yoyo

Parvenu à l’âge adulte, Siam se révèle dangereux lors des états de musth. En octobre 1963, il blesse grièvement un soigneur. Les Knie décident de se séparer de l’animal.  Ici, les versions divergent. Il semblerait que les propriétaires de Siam contactent le zoo parisien et qu’un accord intervienne entre les deux parties. Alors que Siam devait rejoindre le parc de Paris-Vincennes, le producteur de cinéma Paul Claudon l’engage sur le tournage de Yoyo, long métrage signé Pierre Étaix.

SIAM 01Siam figure au générique de Yoyo de Pierre Étaix !

Évoquant cet épisode dans les colonnes de Télérama en 2001 (1), Paul Claudon présentait une autre version de l’histoire. Il aurait en effet acheté Siam pour 25.000 francs suisses de l’époque, les Knie se gardant bien de lui préciser les antécédents de l’animal. Découvrant « l’animal » qui pesait déjà 4 tonnes pour près de 2,90 m, le producteur appelle Jean Richard. Le propriétaire du zoo d’Ermenonville lui révèle alors la réputation de Siam. Ne pouvant conserver l’animal à l’issue des quelques jours de tournage, Paul Claudon aurait contacté cirques et zoos pour revendre Siam, essuyant moult refus, notamment du zoo de Vincennes. Les responsables de ce dernier n’auraient été finalement intéressés que lorsque Paul Claudon leur proposa l’éléphant à titre gracieux… A moins, comme l’imagine Daniel Conrod, l’auteur de l’article, que le cirque Knie n’ait joué sur les deux tableaux, négociant d’abord avec Vincennes puis, moins officiellement, avec le producteur en quête d’un animal pour Yoyo. Paul Claudon aurait alors été le dindon de l’éléphant. Pour clore ce chapitre, Ruppert Bemmerl souhaitait, semble-t-il, acquérir Siam et découvrit, après coup, la vente du pachyderme.

Les adieux à Siam

Quoi qu’il en fut réellement, Siam, accompagné de Ruppert Bemmerl, est convoyé dans un wagon spécial jusqu’à la gare de Paris-La Chapelle où il arrive le 15 août 1964. Après de longues formalités douanières, il atteint finalement le 17 août au petit matin la gare de Dourdan. De là, escorté par des motards de la gendarmerie, il rejoint à pattes le château de Rochefort-en-Yvelines, distant d’une dizaine de kilomètres.

RUPPERT BEMMERLRuppert Bemmerl et les éléphants d'Asie du cirque Knie en 1960, sur la piste du Blackpool Tower Circus (Photo DR).

Officiellement inscrit sur les registres du zoo de Vincennes le 24 août 1964, Siam arrive, en camion cette fois, au zoo de la Porte Dorée le 28 août. Pierre Étaix avait confié en 2001 à Daniel Conrod avoir assisté, depuis la terrasse du château de Rocherfort, aux adieux de Ruppert Bemmerl et de Siam juste avant l’embarquement de ce dernier pour Vincennes. Accablé à l’idée de quitter son protégé, le dresseur allemand fait exécuter à Siam tous les numéros enseignés lors de son passage chez Knie !

Un géniteur hors pair

Siam reste au zoo de Vincennes jusqu’à sa mort, survenue le 24 septembre 1997 à 7 h 30 précisément. Entre-temps, il a une nombreuse descendance, avec 9 nouveaux nés vivants. Abattue le 17 juin 1972 à Issoire (Puy-de-Dôme), la femelle Chiquita, un temps confiée par le cirque Rancy au zoo de Vincennes, portait un fœtus de 8 mois dont le père était Siam. Par ailleurs, Dumbo, pensionnaire du zoo de Planckendael depuis juin 2012, a donné naissance en 1996 à des jumeaux morts-nés de Siam.

SIAM 02Naturalisé, Siam trône depuis le 2 avril 2001 dans la Grande Galerie de l’Évolution (Photo Ph. Aquilon).

À sa mort, Siam mesurait très précisément 3,07 m au garrot, dépassait les 6 tonnes et ses défenses magnifiques atteignaient 1,60 m. Depuis 2001, la dépouille naturalisée de Siam est exposée dans la Grande Galerie de l’Évolution au Muséum national d’histoire naturelle à Paris.

Ultime rendez-vous manqué

Durant les décennies 1980 et 1990, Ruppert Bemmerl s’occupa des éléphanteaux au Knie's Kinderzoo de Rapperswil (canton de Saint-Gall, en Suisse). Il s’est éteint le 13 février dernier dans cette petite ville située sur la rive nord du lac de Zurich. Selon Christian Hamel (2), l’ancien dresseur de Siam aurait rendu trois visites à Siam au zoo de Vincennes. Lors des deux premières, le grand mâle aurait reconnu Ruppert Bemmerl. En revanche, il se serait montré indifférent lors de leur ultime entrevue. Tant pis pour la légende.

(1) CONROD Daniel, « Mémoires d’un éléphant », in Télérama, n° 2773, 4 avril 2001, p. 8-22.

(2) HAMEL Christian, Les éléphants au cirque, L’Aventure Carto, 2001, 256 p.