Goonaroo et Yabbra, les koalas du zoo d’Édimbourg, seront certainement ravis d’accueillir, à l’occasion de la prochaine Saint-Valentin, Alinga, une femelle âgée d’un an. Celle-ci atterrira jeudi 14 février 2013 sur le sol écossais après un vol direct depuis Duisbourg, en Allemagne. Elle voyagera avec les autres passagers de la compagnie aérienne Lufthansa, bénéficiant de son propre siège et d’eucalyptus à grignoter. Alinga, dont le nom signifie soleil en langue aborigène, voyagera au côté de Darren McGarry, directeur des collections du zoo de la capitale écossaise, et de Lorna Hughes, responsable de l’équipe des primates et des koalas du parc britannique.

Deux célibataires endurcis

Accueillant des koalas (Phascolarctos cinereus) depuis 2006, le zoo d’Édimbourg n’hébergeait jusqu’à présent que des mâles. «La venue de cette femelle est une réussite fantastique pour tout le personnel. Nous avons acquis l’expérience nécessaire à la maintenance de cette espèce et nous sommes très optimistes quant aux chances de reproductions avec nos deux mâles» assure Darren McGarry.

KOALA ZOO EDIMBOURG 01

L’un des deux mâles koalas du zoo d’Édimbourg (Photo Edinburgh Blog).

Les visiteurs pourront admirer Alinga une semaine environ après son arrivée. Puis, lorsqu’elle sera parfaitement acclimatée à  son nouvel environnement, elle sera présentée à ses deux compagnons. La mise en contact exigera alors temps et patience.

Les seuls spécimens élevés outre-Manche

Outre la venue de cette jeune femelle, le zoo a dévoilé son projet d’agrandissement de l’espace dévolu aux koalas, le réaménagement de l’entrée de leur bâtiment et la présence sur place d’un employé chargé de répondre à toutes les questions du public concernant ces marsupiaux. «Nous sommes l’unique parc du Royaume-Uni à héberger des koalas » poursuit M. McGarry, « et  ils sont extrêmement populaires parmi nos visiteurs.»

KOALA ALBINOS

Onya-Birri («Le garçon fantôme» en langue aborigène) est l'unique koala albinos vivant en captivité. Il  a vu le jour le 1er septembre 1997 au zoo de San Diego, en Californie (Photo San Diego Zoo).

La naissance de koalas au zoo d’Edimbourg constituerait « une merveilleuse récompense et une grande première pour les zoologistes et les acteurs de la conservation animale » estime Darren McGarry. «Plus largement, ce nouveau-né pourrait jouer un rôle clef dans le programme de conservation de l’espèce

Le réchauffement climatique fait fondre la population sauvage

Estimée à une dizaine de millions avant l’arrivée des colons européens sur le sol australien, la population actuelle de koalas sauvages se situerait, selon les sources, entre 43.000 et 100.000 individus. La dégradation et la fragmentation de son habitat, les accidents de la route, les prédateurs (dont les renards, les chats harets ou encore les chiens errants) constituent quelques-unes des principales menaces pour la survie de cette espèce. Le koala est également victime de la surpopulation sur plusieurs des îles où il a été réintroduit comme sur l’île Kangourou, au sud de l’État d’Australie-Méridionale, ou encore sur French Island et Phillip Island, situées toutes deux dans la baie de Western Port au sud de Melbourne.

Par ailleurs, l’unique représentant de la famille des phascolarctidés encore en vie s’avère très sensible aux conséquences du réchauffement climatique dans son aire de répartition : modification des essences composant leur alimentation (les koalas ne consomment que 42 des quelque 500 espèces d’eucalyptus poussant en Australie), fréquence et intensité croissantes des périodes de sécheresse, multiplication des feux de forêts, changements du taux moyen d’humidité moyen et du volume des précipitations…

Trois sous-espèces

Mesurant entre 60 et 85 cm pour une masse oscillant entre 4 et 15 kg selon leur région d’origine, les koalas présentent un net dimorphisme sexuel : les mâles, dont le nez est plus crochu, peuvent ainsi être jusqu'à 2 fois plus gros que les femelles. Leur menton est également plus large tandis que leurs oreilles sont, elles, plus petites.

KOALA DE VICTORIA

Koala de Victoria sauvage près de Mount Macedon, au nord-ouest de Melbourne (Photo Pumpmeup, license CC-BY-SA 3.0).

Trois sous-espèces de koalas sont actuellement reconnues : le koala de Nouvelle-Galles du Sud (Phascolarctos cinereus cinereus) de taille et corpulence moyenne, le koala méridional ou koala de Victoria ou victorien (Phascolarctos cinereus victor), à la longue et épaisse fourrure, et le koala septentrional ou koala de Queensland (Phascolarctos cinereus adustus), sensiblement plus petit (environ 6,5 kg pour le mâle et 5 kg pour la femelle) et arborant un pelage argenté assez court.

L’espérance de vie du koala en milieu naturel atteindrait une dizaine d’années pour les mâles contre 15 ans pour les femelles.

Des hôtes très exigeants côté nourriture

Le programme de sauvegarde et de reproduction mondial des koalas est géré par le zoo de San Diego, aux  États-Unis, où un premier couple (Snugglepot and Cuddlepie) fut accueilli dès 1925. L’établissement californien obtint, en 1960, la première naissance en captivité. Peu d’établissements zoologiques élèvent des koalas en dehors de l’Australie, notamment à cause de leurs exigences alimentaires.

ENCLOS KOALA BEAUVAL OK

Enclos des koalas dans la serre australienne du ZooParc de Beauval (Photo Ph. Aquilon).

Pour chaque koala, 500 à 1000 arbres appartenant à 5 ou 6 espèces sont nécessaires !  Et ces arbres doivent être plantés 4 à 6 ans avant la venue des animaux. Le zoo de San Diego fait ainsi pousser 35 essences d’eucalyptus et, chaque jour, en offre 4 différentes à ses pensionnaires.

Rares dans les institutions européennes

En Europe, seuls les zoos de Duisbourg (Allemagne), Vienne (Autriche), Planckendael (Belgique), Lisbonne (Portugal), Madrid (Espagne), Édimbourg (Écosse) et Beauval (France) élèvent des koalas, appartenant tous à la sous-espèce du Queensland. Par le passé, le Tierpark de Berlin (Allemagne) et les zoos d’Anvers (Belgique), de Dublin (Irlande), Barcelone (Espagne), Londres (Angleterre) et Stockholm (Suède) ont hébergé des individus de cette même sous-espèce. Le zoo de Lisbonne a autrefois accueilli des koalas de la sous-espèce de Nouvelle-Galles du Sud. Ce fut aussi le cas du Gan Garoo Zoo, créé le 28 juillet 1996 dans le kibboutz laïc Nir-David en Israël. Actuellement, cet établissement élève toujours des koalas mais les deux spécimens appartiendraient à la sous-espèce de Victoria.

KOALA BEAUVAL OK

Koala du Queensland au ZooParc de Beauval, unique parc français à élever cette espèce (Ph. Aquilon).

En France, les premiers koalas ont été confiés au ZooParc de Beauval en mars 2002. La première naissance, celle d’une femelle baptisée Alkoomie, a été enregistrée en novembre 2008. Alkoomie a succombé à une leucémie en décembre 2010. Quatre autres naissances ont été enregistrées à Beauval avec celles du mâle Pintupi en 2009, de la femelle Flora en 2010, d’une autre femelle, Mayra, en juillet 2011 et enfin du petit mâle Wirri Wirri le 24 mai 2012.

Avec l’arrivée d’Alinga, le zoo d’Édimbourg s’apprête à vivre une année 2013 exceptionnelle pour son centenaire. Situé sur Costorphine Hill, cet établissement, autrefois dénommé Scottish National Zoological Park, accueille près de 600.000 visiteurs chaque année.

Sources : Edinburgh Evening News, Edinburgh Zoo, UICN, San Diego Zoo, Wikipédia.