Créée par un groupe de passionnés des régions polaires, l’association Pôles Actions organise, lundi 22 et mardi 23 octobre à l’Institut océanographique de Paris, le premier colloque français dédié à l’ours polaire, sous-titré « De la banquise à la Une des médias ».

AFFICHE COLLOQUE OURS POLAIRE

Depuis quelques années, l’ours polaire (Ursus maritimus) est devenu l’un des symboles des changements climatiques planétaires. Touchée de plein fouet par la disparition progressive de son habitat, la banquise, cette espèce fait l’objet de nombreuses prises de position et déclarations qui ne sont pas toujours fondées sur des bases scientifiques objectives.

Des recherches internationales récentes remettent en cause ses origines, portent sur la dynamique de ses populations et tentent d’approfondir ses relations avec le milieu et le climat de l’Arctique.

L’ours polaire est classé comme espèce vulnérable par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), c’est-à-dire confrontée à un risque élevé d’extinction à l’état sauvage.

OURS POLAIRE 01

Ours polaire en captivité au zoo de Mulhouse (Photo d'archives Philippe Aquilon).

Réunissant des généticiens, des glaciologues, des biologistes canadien, norvégien, danois et français, ce colloque a pour ambition de dresser le bilan sur les connaissances actuelles de l’espèce, son environnement et ses relations avec l’Homme sous les latitudes septentrionales.

Mercredi 24 octobre s’ouvrira à Oslo la 16ème réunion du PBSG (Polar Bear Specialists Group) de l’UICN, regroupant des chercheurs des cinq pays (Canada, Danemark, États-Unis, Norvège et Russie) abritant des ours polaires. Trois de ces spécialistes seront présents à Paris pour présenter en avant-première leurs travaux et répondre aux questions lors d’une table ronde le lundi 22 octobre en soirée.

 Du passé à l'avenir de l'espèce

La première journée du colloque français portera sur « L’ours polaire face aux hommes ».

La seconde aura pour thème « Ours polaire, qui es-tu ? » Au menu des conférences et des débats, les origines de l’ours polaire, sa parenté avec l’ours brun, le ou les cheminements évolutifs qui ont abouti à cette espèce et à sa spécialisation qui la rend si fragile face aux changements rapides de son environnement. Les spécialistes s’interrogeront aussi pour savoir comment cette espèce peut devenir un modèle d’étude sur l’émergence de nouvelles espèces (spéciation), les changements climatiques et l’adaptation. Enfin, ils évoqueront l’ours des cavernes (Ursus spelaeus) et les raisons possibles de la disparition ce cousin alors que d’autres ont survécu.

CRANE OURS DES CAVERNES 01

Crâne d'ours des cavernes au musée des grottes d'Azé, en Saône-et-Loire (Photo Philippe Aquilon).

Lors de ce colloque, Catherine et Rémy Marion présenteront également en avant-première quelques images extraites d’une exposition qui se tiendra à Monaco, à la Galerie des Pêcheurs, du vendredi 26 octobre au mercredi 9 janvier.

Ce colloque est ouvert à toutes les personnes intéressées. Une participation - de 15 € pour une journée ou de 25 € pour les deux jours - est demandée. Journalistes, étudiants, enseignants et chercheurs seront accueillis gratuitement à ce premier colloque.

S’il sera possible de s’inscrire sur place, les formulaires d’inscription (grand public ou destinés aux journalistes, étudiants, enseignants et chercheurs) sont téléchargeables à l’adresse suivante : http://www.ourspolaire.org/colloque/inscriptions/

Source : www.ourspolaire.org

Aujourd’hui, six établissements zoologiques présentent et élèvent des ours polaires en France : le Marineland d’Antibes (06), le Safari de Peaugres (07), le zoo de la Palmyre (17), le zoo d’Amnéville (57), le zoo de Mulhouse (68) et le zoo de la Flèche (72).